Projet artistique de géographie collective, cartographie mentale et fantasmée.... Catherine Jourdan, psychanalyste, réalise des cartes en collaboration avec Pierre Cahurel, designer.


TOUT METTRE SUR LA CARTE !

Le Péruwelzis / 2014

Création d’une carte collective en partenariat avec le Foyer culturel Arrêt 59 de Péruwelz

Sortie de la carte le 4 octobre.

Equipe du projet

Conception et coordination : Catherine Jourdan


Graphisme : Pierre Cahurel avec l’aide de Catherine Jourdan et Sylvestre Beucher

Animation d’ateliers : Catherine Jourdan avec l’aide de Pierre Cahurel et Sylvestre Beucher.




Résidence de création - avril / mai 2014

En février dernier, nous terminions une carte sur un point jaune : Péruwelz, la Basilique de Bon-Secours... des noms magiques qui irradiaient le côté gauche de notre carte.

Depuis le valenciennois, les gens ne manquaient pas une occasion de nous raconter ce petit morceau de territoire sur lequel s’amoncellent leurs souvenirs. Là où le corps - en passant la frontière - se déleste de ses soucis pour revêtir l’habit belge de l’insouciance.

Depuis la France, la Belgique, c’est quelque chose !

Avec chance, nous avons été invités à venir réaliser la carte de ce coin tant miroité depuis la France. Tracer, bricoler, épuiser (?) avec l’aide de trois groupes d’habitants, une image du Péruwelzis.

Nous avons passé la frontière. Ce sera notre première carte belge.

















Une carte de ville et de campagne où l’oeil en entomologiste, en historien scrupuleux, en archiviste, en arpenteur, en amoureux transis est conduit à noter tout ce qu’il voit. Rien ne doit être oublier ! Nous voilà plongés au coeur de la fable de J.L Borgès dans De viajes de Varones Prudentes de Suárez Miranda.

«Dans cet empire, l’art de la cartographie atteignit une telle perfection que la carte d’une seule province occupait toute la ville, et la carte de l’Empire toute une province. Avec le temps, ces cartes démesurées ne suffirent plus. Les collèges des cartographes firent une carte de l’Empire qui avait l’immensité de l’Empire et coïncidait parfaitement avec lui.»

La carte parfaite serait celle qui dirait tout. Comment donc allons-nous faire ?

Notre feuille sera toujours trop petite.





La carte a été inaugurée le 4 octobre

à Arrêt 59 à l’occasion du festival Les Instantanées



sommaire_collectif.html

Retour sommairesommaire_collectif.html